Équipe MécaFlu - Mécanique des Fluides

Instabilités, turbulence, diphasique

De Équipe MécaFlu - Mécanique des Fluides
Révision datée du 19 février 2013 à 18:11 par Laurent (discussion | contributions) (Page créée avec « == Présentation == La turbulence et les mécanismes de son apparition restent toujours le défi principal de la mécanique des fluides moderne. A la différence de cert... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Présentation

La turbulence et les mécanismes de son apparition restent toujours le défi principal de la mécanique des fluides moderne.

A la différence de certains domaines de la physique, la mécanique des fluides possède une base solide sous la forme des équations de Navier-Stokes dont les limites de validité sont clairement établies. L’applicabilité des équations de Navier-Stokes à la plupart des écoulements d’intérêt pratique ne fait pas de doute et un grand nombre d’algorithmes numériques pour leur résolution est disponible.

Helico.png


Objectif/Contexte

La difficulté réside dans le caractère non-linéaire des équations et le fait que, à partir du moment où les effets de viscosité deviennent faibles, les solutions deviennent si compliquées que les moyens de calcul ne sont pas suffisants pour capter leur comportement spatial et temporel.

Face à cette difficulté, il n’existe que deux alternatives :

  1. effectuer des simulations directes, DNS, c’est-à-dire, résoudre les équations exactes dans des régimes où les effets visqueux gardent les solutions à la portée des moyens de calcul disponibles, ou
  1. tenter de rendre les solutions plus simples en faisant abstraction des détails.

Alors que l’approche 1) est rigoureuse, elle ne permet de traiter que très peu d’applications d’intérêt pratique. L’approche 2) se fixe essentiellement pour objectif des applications pratiques mais au prix d’une modélisation introduisant des erreurs incontrôlables et faisant perdre aux équations résolues une grande partie de leur pouvoir de prédiction.

L'écart entre les possibilités des simulations directes et les besoins des applications réelles ne pourra être comblé mécaniquement par des avancées technologiques.

Le rôle des DNS est donc celui d’un ”laboratoire” dont on attend qu’il fournisse dans un premier temps une explication sur la transition à la turbulence des écoulements pour aider par la suite à une construction de modèles sur des bases plus rationnelles.

Itd2.jpg


Activités

Pour affronter la problématique ci-dessus, l’équipe réunit les compétences suivantes :

  • Des outils de simulations adaptés à plusieurs situations se prêtant aux vérifications expérimentales
  • Un savoir faire expérimental pour réaliser ces vérifications
  • Des outils d’analyse numérique et théorique
  • Un savoir faire de modélisation d’écoulements turbulents

Le besoin de développement d’outils et de compétences autour d’un même thème théorique motivant stimule la concentration des moyens humains et matériels vers un seul objectif.

La forte composante numérique nous a conduit également à réorienter nos outils informatiques vers un dispositif évolutif construit sur mesure et permettant une exploitation intensive multitâche et parallèle.

Enfin les chercheurs intervenant principalement sur ce thème collaborent avec les chercheurs du thème « hydraulique urbaine » sur la problématique notamment de la modélisation de la turbulence et du dépôt de particules dans les bassins de décantation (avec des publications en cours de finalisation sur les modèles bas Reynolds pour l’évaluation des tensions de Reynolds dans des écoulements à surface libre en conduite d’assainissement).

Itd3.jpg